Tout savoir sur le Lockdrop

Le principe d’un lockdrop est de distribuer les jetons d’un nouveau réseau à une palette d’investisseurs. Afin que cela soit rendu possible, les investisseurs de jetons d’un réseau, comme par exemple celui d’Ethereum, doivent verrouiller leur Ether dans un smart contracts pendant une certaine durée afin de recevoir des jetons d’un nouveau réseau en récompense. Si tout se passe bien, plus il y a de jetons verrouillés longtemps dans ce smart contracts, plus l’investisseur recevra de jetons du nouveau réseau. Une fois la période arrivée à son terme, les jetons d’origine sont rendus au propriétaire.

Qui a créé le concept du Lockdrop ?

L’entreprise basée à San Francisco, Commonwealth Labs est la première à introduire la notion de lockdrops. C’est une startup Californienne qui s’axe sur la gouvernance fondée par Dillon Chen, Raymond Zhong et Drew Stone. Le premier lockdrop de Commonwealth Lab a eu lieu sur leur propre réseau Edgeware, qui est une plate-forme de smart contracts sur Polkadot.

Pourquoi le lockdrop est-il ou n’est t-il pas intéressant ?

Le lockdrop se compare à un airdrop, qui a été la première méthode de distribution des actifs de cryptomonnaies sans passer par des levées de fonds. Le déploiement a consisté a envoyer des jetons sur des adresses aléatoires gratuitement avec l’espoir que si plus de personnes détiennent le jeton, alors plus de personnes s’intéresseraient à lui et au projet. Dans les faits, la plupart des jetons envoyés étaient soit vendus rapidement, soit restés inaperçus dans les portefeuilles.

Le lockdrop peut être considéré comme une version modifiée de l’airdrop avec une action ou un coût non monétaire, qui est le coût de l’opportunité du verrouillage temporaire de ses actifs. Même si les cryptomonnaies ne sont pas dépensés ou brûlés, le principe veut que l’on ne peut pas les utiliser pendant un certain temps, ce qui montre un certain niveau d’engagement envers le projet. Idéalement, cela se traduira par de nouveaux détenteurs de jetons qui seront plus actifs et intéressés par le projet.

Une base d’utilisateurs de qualité est importante pour toute entreprise, mais elle est particulièrement importante pour un réseau décentralisé. Une communauté forte qui se soucie réellement du projet conduira à un intérêt et un soutien plus naturel pour le réseau, ce qui conduira à un réseau plus large et plus fort. Cela s’oppose aux détenteurs de jetons qui se soucient principalement de la valeur monétaire du jeton et ne s’intéressent pas à la santé à long terme du projet, ce qui est toujours une possibilité dans le monde du trade de crypto-actifs.

Comment les Lockdrops se mettent en place ?

Les Lockdrops sont créés à l’aide d’un smart contracts, qui crée un nouveau jeton en échange du verrouillage d’un autre jeton. Après un certain temps, le détenteur du token peut réclamer à la fois ses tokens verrouillés et les nouveaux tokens.

Quel horizon donner au lockdrop

Alors que le premier lockdrop a eu lieu avec le réseau Edgeware au milieu de l’année 2019, il n’y a jusqu’à présent aucun autre projet majeur qui prévoit de distribuer ses premiers tokens de cette façon. Si vous réussissez à construire une communauté saine et diversifiée, nous pourrions alors voir le lockdrop se produire de nouveau. La cryptomonnaie est faite d’explorateurs qui jouent à la frontière de l’innovation. Ils prennent des risques et mènent des expériences, et une grande partie de ce qui se passe n’est souvent qu’une expérience pour voir si cela fonctionne. Mais s’il s’avère efficace, de nombreux autres suivront.

Latest Crypto Fear & Greed Index
Réussir son investissement, c'est avant tout bien s'informer !