Le parlement européen approuve des règles de blocage de wallet anonymes

Le Parlement européen a voté le 31 mars pour approuver les dispositions relatives à de nouvelles mesures réglementaires qui mettraient un terme aux transactions crypto anonymes. Le vote a d’abord été confirmé à la presse par Valeria Cusseddu, conseillère à la commission des affaires économiques et monétaires.

Deux commissions du Parlement européen, LIBE et ECON, ont toutes deux votées pour approuver une proposition de modification de son règlement sur les transferts de fonds qui obligerait les fournisseurs de services de crypto, principalement des échanges, à collecter et à vérifier l’identité personnelle des utilisateurs qui transfèrent plus de 1 000 euros sur des plateformes non hébergées. Les portefeuilles non hébergés sont des portefeuilles non dépositaires, qui ne dépendent pas de tiers.

Selon les décomptes de votes partagés avec les journalistes, les votes du comité sur les changements en question étaient de 58 pour, 52 contre et 7 abstentions. Les commissions devaient également voter à nouveau sur le règlement sur le transfert de fonds, bien que de nombreux rapports suggèrent que le vote final ne rencontrerait aucune résistance. Le projet de loi pourrait toutefois subir des trilogies avec la Commission européenne et le Conseil européen dès la mi-avril, en attendant un vote final.

La législation doit d’abord passer par des réunions tripartites entre le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil européen pour être officiellement adoptée. Ce processus ne devrait toutefois pas faire dérailler la proposition.

Le dernier vote intervient après un long débat entre les décideurs politiques européens et l’espace crypto sur la question de savoir si les portefeuilles non hébergés devraient être soumis à des réglementations sur la connaissance de votre client (KYC), ce qui obligerait les entreprises de crypto à révéler des informations personnelles sur les utilisateurs de portefeuille.

La décision du Parlement européen a cependant suscité de vives critiques de la part de l’espace crypto, car de nombreuses personnalités estiment que ce paquet réglementaire renforce les règles de connaissance de votre client (KYC) et de lutte contre le blanchiment d’argent (AML) pour les portefeuilles privés « non hébergés ».

Brian Amstrong, PDG d’un échange de crypto basé aux États-Unis Coinbase s’est rendu sur Twitter pour exprimer son mécontentement face au dernier développement, établissant des comparaisons avec les fiat pour illustrer l’absurdité de signaler et de vérifier une transaction de 1 000 euros. Le PDG a décrit la dernière proposition du Parlement européen comme « anti-innovation, anti-vie privée et anti-application de la loi », arguant qu’elle maintient la crypto-monnaie à une norme différente de celle du fiat.

Imaginez si l’UE exigeait de votre banque qu’elle vous signale aux autorités chaque fois que vous payez votre loyer simplement parce que la transaction dépasse 1 000 euros. Ou si vous avez envoyé de l’argent à votre cousin pour l’aider à faire ses courses, l’UE a demandé à votre banque de collecter et de vérifier des informations privées sur votre cousin avant de vous autoriser à envoyer les fonds.

Comment la banque pourrait-elle même se conformer ? Les banques repousseraient. C’est ce que nous faisons maintenant.

Disclaimer : les opinions de nos rédacteurs ne concernent que eux et ne reflètent pas l'opinion générale du site CoinNews. Aucune des informations que vous pouvez lire sur CoinNews ne doit être considérée comme un conseil en investissement, et CoinNews n'approuve aucun projet pouvant être mentionné ou lié dans les différents articles. L'achat et le trading de crypto-monnaies doivent être considérés comme une activité à haut risque. CoinNews n'assume aucune responsabilité si vous gagnez ou perdez de l'argent en échangeant des crypto-monnaies.
Réussir son investissement, c'est avant tout bien s'informer !
Send this to a friend