Le Bitcoin restera devant l’Ethereum, pourquoi ?

Ces dernières années, les spéculations vont bon train sur une dominance de l’Ethereum sur le Bitcoin, mais les données démontrent que tout n’est pas une histoire de devinettes.

Après une hausse de 13% ces 2 derniers jours, la capitalisation boursière du Bitcoin (BTC) a dépassé les 800 milliards de dollars pour atteindre sa valeur la plus élevée en 79 jours. Au cours de la même période, Ether (ETH) a accumulé un gain de 45% en deux semaines, plaçant la capitalisation boursière du réseau à 340 milliards de dollars.

Les attentes sur la mise à jour de la preuve de travail et son effet déflationniste potentiel ont sans aucun doute joué un rôle, mais certains investisseurs continuent de se demander comment la valorisation de l’Ether peut se comparer au Bitcoin. Certains, dont le PDG de Pantera Capital, Dan Morehead, s’attendent à ce que l’Ether dépasse le Bitcoin en tant que plus grande cryptomonnaie.

Les acteurs du marché ont peut-être également été enthousiasmés après que le président de la Réserve fédérale de Minneapolis, Neel Kashkari, ait suggéré que la Fed pourrait s’en tenir un peu plus longtemps au programme d’achat d’actifs. La raison invoquée était la propagation du variant Delta et ses dommages potentiels sur le marché du travail.

Kashkari a déclaré :

Le variant Delta pourrait décourager les gens de retourner à des emplois qui nécessitent une interaction en personne et empêcher les enfants d’aller à l’école.

Les adresses actives donnent au Bitcoin une avance claire

La comparaison de certaines des métriques d’Ethereum pourrait permettre de savoir si la remise de 58% d’Ether est justifiée. La première étape devrait être de mesurer le nombre d’adresses actives, à l’exclusion des faibles montants.

Le Bitcoin a 6 millions d’adresses d’une valeur de 1 000 dollars ou plus, et 3,67 millions ont été créées depuis 2020. Pendant ce temps, l’Ether a moins de la moitié à 2,7 millions d’adresses avec 1 000 dollars. La croissance de l’altcoin a également été plus lente, avec 2,4 millions de ceux créés depuis 2020.

Ce métrique est 55% inférieure pour l’Ether, ce qui corrobore l’écart de capitalisation boursière. Cependant, cette analyse n’inclut pas le montant investi par les grands comptes. Bien qu’il n’y ait pas de bon moyen d’estimer ce nombre, la mesure des produits négociés en bourse de cryptomonnaie pourrait être un bon indicateur.

Après avoir agrégé les données de plusieurs instruments négociés en bourse, le résultat est révélateur. Le Bitcoin domine avec 32,3 milliards de dollars d’actifs sous gestion, tandis que l’Ether totalise 11,7 milliards de dollars.

Pendant ce temps, le premier produit négocié en bourse d’Ether est apparu en octobre 2017, lorsque le XBT Provider Ether Tracker a été lancé. Cette différence explique en partie pourquoi le total d’Ether est 64% inférieur à celui de Bitcoin.

L’intérêt ouvert des contrats à terme justifie l’écart de prix

Enfin, il convient de comparer les données des marchés à terme. L’intérêt ouvert est la meilleure mesure des positions réelles des investisseurs professionnels car il mesure le nombre total de contrats des acteurs du marché.

Un investisseur aurait pu acheter pour 50 millions de dollars de contrats à terme et vendre la totalité de la position quelques jours plus tard. Ce volume négocié de 100 millions de dollars ne représente actuellement aucune exposition au marché ; par conséquent, il doit être ignoré.

L’intérêt ouvert des contrats à terme sur le Bitcoin s’élève actuellement à 14,2 milliards de dollars, contre un pic de 27,7 milliards de dollars le 13 avril. L’échange Binance est en tête avec 3,4 milliards de dollars, suivi de FTX avec 2,3 milliards de dollars supplémentaires.

D’autre part, l’intérêt ouvert sur les contrats à terme sur l’Ether a culminé environ un mois plus tard à 10,8 milliards de dollars, et l’indicateur s’élève actuellement à 7,6 milliards de dollars. Par conséquent, il est 46% inférieur à celui du Bitcoin, ce qui explique davantage la décote de valorisation.

D’autres mesures telles que les données en chaîne et les revenus des mineurs montrent une situation plus équilibrée, mais les deux cryptomonnaies ont des cas d’utilisation différents. Par exemple, 54% de l’offre de Bitcoin est restée intacte pendant plus d’un an.

En réalité tout indicateur a un inconvénient, et il n’y a pas de mesure d’évaluation définitive pour déterminer si une cryptomonnaie est supérieure ou inférieure à une autre. Cependant, les quelques mesures analysées suggèrent que la hausse de l’Ether, lorsqu’elle est comparée au Bitcoin, ne présage pas de « retournement » de sitôt.

Réussir son investissement, c'est avant tout bien s'informer !