La Cour suprême de Chine se range du côté de Genesis Mining

La Cour suprême de Chine s’est rangée du côté de Genesis Mining pour sa réclamation concernant près d’un demi-million de cartes graphiques utilisées pour extraire la crypto-monnaie qui sont au coeur d’un litige depuis 2018.

Les décisions, rendues le 23 juin et communiquées le 29 juillet, ont mis en lumière les détails d’un différend qui impliquait une quantité importante de puissance de hachage par l’une des plus grandes opérations d’extraction de crypto au monde, mais est passé largement inaperçu au fil des années.

Sur la base des jugements du tribunal, les processeurs graphiques (GPU) qui doivent être renvoyés à Genesis Mining se composent de 485 681 cartes RX470 8 Go fabriquées par Micro-Star International. Le tribunal a jouté :

Les appareils impliqués dans cette affaire sont toujours en état de fonctionner et sont en [bon] état pour être restitués.

La puissance de hachage théorique du stock GPU peut atteindre 14 TH/s sur l’algorithme Ethash. S’ils étaient consacrés à l’ exploitation minière d’Ethereum , ils pourraient générer près d’un million de dollars de bénéfices bruts chaque jour sur la base des difficultés actuelles d’Ethereum à un coût énergétique supposé de 0,06 $ par kWh.

Selon les cotations du marché de l’occasion sur eBay, une carte RX470 8 Go usagée pourrait se vendre environ 500 dollars, ce qui signifie que le demi-million de GPU pourrait valoir jusqu’à 200 millions de dollars.

Le PDG et co-fondateur de Genesis Mining et Genesis Digital Assets, a déclaré :

Après plusieurs années de combat, nous sommes ravis de voir le côté judiciaire en notre faveur.

Il semble que la récente répression de la Chine contre l’extraction de crypto-monnaies ait également contribué à la victoire juridique de Genesis Mining. La Cour suprême a expliqué dans sa décision qu’elle est conforme à la stratégie globale de la Chine consistant à décourager les activités d’extraction de crypto à forte intensité énergétique.

Mais Streng a refusé de préciser l’état actuel de l’équipement et si le matériel est en transit vers les installations de Genesis Mining.

Le partenariat d’hébergement a mal tourné

Genesis Mining a été fondée en 2013 par Streng et Marco Krohn en tant qu’entreprise de cloud mining avec des installations en Islande, vendant leur taux de hachage à des clients mondiaux. En 2017 , Streng et Krohn ont lancé une entreprise d’auto-extraction avec de nouveaux partenaires Abdumalik Mirakhmedov, Andrey Kim et Rashit Makhat.

Cette entreprise d’auto-extraction n’avait pas de marque au début et ce n’est que plus tôt cette année que les cinq partenaires l’ont officiellement lancée sous le nom de Genesis Digital Assets. Cela a eu lieu alors que la société cherchait un financement et clôturait plus tard un tour de 125 millions de dollars. L’entité d’auto-minage a déclaré sur son site Web qu’elle disposait d’une capacité de 143 mégawatts avec un taux de hachage total du bitcoin dépassant 2,6 EH/s au 31 juillet.

À l’époque où Streng et Krohn se sont lancés dans l’auto-exploitation minière, ils ont également conclu un contrat d’hébergement pour Genesis Mining avec un fournisseur de centre de données chinois dans la ville de Fuzhou, dans la province du Jiangxi, appelé Chuangshiji Technology Limited.

D’après la description des événements par la Cour suprême, Chuangshiji a brusquement suspendu les paiements à son client d’hébergement à partir de septembre 2018 sur la base d’accusations selon lesquelles Genesis Mining n’avait pas payé ses factures d’électricité.

Genesis Mining a déposé une plainte en mai 2019 auprès du tribunal populaire intermédiaire municipal de Fuzhou exigeant le retour de 560 000 unités de ses GPU ainsi que 60 580 unités des mineurs AntMiner S9 bitcoin ASIC. L’entreprise a accusé Chuangshiji d’avoir manqué à ses obligations et de détourner les mineurs. Genesis Mining a déclaré avoir décidé de mettre fin à la relation d’hébergement, mais Chuangshi a refusé de renvoyer les mineurs tout en commençant à vendre une partie de l’équipement.

L’affaire a été jugée par le tribunal intermédiaire de Fuzhou et Chuangshiji a fait appel devant le tribunal populaire supérieur de la province du Jiangxi, qui a rendu un jugement en 2020.

Le tribunal provincial supérieur a ordonné à Chuangshiji de restituer 100 000 GPU à la filiale chinoise de Genesis Mining et de restituer 385 681 GPU à l’entité de Genesis Mining à Hong Kong.

Mais Chuangshiji a déposé une requête auprès de la Cour populaire suprême avec ce qu’il prétend être de nouvelles preuves, demandant à la plus haute instance judiciaire de Chine d’examiner l’affaire.

La Cour suprême a rejeté la requête en révision et s’est rangée du côté de la Cour populaire supérieure du Jiangxi plus tôt cette année.

La Cour suprême a déclaré que Chuangshiji n’avait fourni aucune nouvelle preuve pouvant étayer une affirmation selon laquelle la relation entre elle et Genesis Mining était une coentreprise de participation et de partage des bénéfices. Le tribunal a plutôt estimé qu’il s’agissait clairement d’une relation d’affaires contractuelle.

Par conséquent, le tribunal a déclaré que Genesis Mining et Chuangshiji devraient avoir le droit de mettre fin à la relation à tout moment. Après la résiliation, Genesis Mining avait le droit d’exiger le retour de ses équipements, qui fonctionnent toujours et sont en bon état.

La Cour suprême a expliqué :

L’exploitation du centre de données de Fuzhou ainsi que l’hébergement et la maintenance des équipements impliqués dans cette affaire consistent essentiellement à utiliser des ordinateurs à haute efficacité pour gagner des récompenses en monnaie virtuelle. C’est une industrie énergivore qui est découragée par l’Etat. Ainsi, la décision de la Haute Cour de Jiangxi en faveur de la fin de la relation commerciale est conforme à la stratégie ajustée de l’État sur l’industrie impliquée dans cette affaire.

Chuangshiji n’a pas pu être contacté pour la commenter.

Réussir son investissement, c'est avant tout bien s'informer !