Il a frappé 14 millions de Tokens ICX sur un bug ICON

Une faille dans une mise à jour de la blockchain ICON, une entreprise de la Tech basée à Séoul en Corée du sud, en 2020 a permis à un utilisateur, Mark Shin, de lancer la création à plusieurs reprises de millions de tokens ICX. Lesquels ont ensuite été gelés par ICON. Ce lundi 9 août 2021, le juge américain William H. Orrick a déclaré que l’affaire soulève de nouvelles questions sur la propriété numérique.

D’après le service d’actualités juridiques Law360, les allégations étaient suffisantes pour permettre à l’affaire d’aller de l’avant, le juge Orrick rejetant la majeure partie de la requête de la société ICON.

Selon des documents judiciaires, Shin a découvert un bug dans le code du réseau ICON après une mise à jour du logiciel en août 2020. C’est en effet lors d’une tentative de transfert de tokens que Mark Shin a découvert que 25 000 nouveaux tokens ICX natifs étaient apparus dans son portefeuille.

Il a pensé qu’il y avait un bug visuel avec le logiciel de portefeuille et a ensuite tenté à nouveau l’opération par laquelle 25 000 autres tokens ICX ont de nouveaux été créés.

La faille dans le code a permis à Mark Shin de créer un total de 14 millions de nouveaux tokens ICX ayant une valeur d’environ 7,8 millions de dollars (au moment des faits). Il a ensuite transféré une partie de ces tokens vers les plateformes de cryptomonnaie Kraken et Binance.

Sur l’ordonnance du tribunal, Mark Shin a reconnu que « les auteurs et les développeurs de la [mise à jour logicielle] n’avaient peut-être pas l’intention que la proposition de réseau se comporte comme elle l’a fait », mais a fait valoir qu’il était le nouveau propriétaire légitime des tokens depuis que le code des nouveaux changements a été adopté.

ICON a exprimé son désaccord et a demandé à Binance et Kraken de geler les comptes du propriétaire, en signalant que Mark Shin avait attaqué le réseau. Le juge a accepté les affirmations du demandeur concernant d’éventuels droits de propriété symbolique permettant de poursuivre l’affaire.

Ted Normand de Roche Freedman, qui représente le propriétaire Mark Shin, a ajouté que l’affaire soulève des questions sur les allégations de décentralisation faites par certains réseaux :

Si vous êtes une entreprise DeFi émettant des actifs … vous ne pouvez pas avoir un écosystème décentralisé uniquement lorsque cela vous convient.

Latest Crypto Fear & Greed Index
Réussir son investissement, c'est avant tout bien s'informer !